Samuel Soubeyrand, lui, est directeur de recherche de l'unité Biostatistique et Processus Spatiaux. Il pratique l'épidémiosurveillance, une méthode d'analyse mise en avant pendant la crise du SARS-CoV-2. “L'alerte sanitaire que la Chine aurait pu émettre à l'époque aurait certainement permis de déceler cette maladie émergente, désormais connue sous l'appellation de Covid-19. La bataille de la détection a été perdue”, déclare-t-il. “La gagner nous aurait permis d'anticiper l'épidémie, d'adapter les plans d'actions et de lutte sanitaire, ou encore d'initier des recherches de laboratoire spécifiques au SARS-CoV-2.” Pour détecter de manière précoce les potentielles épidémies futures, l'épidémiosurveillance repose sur deux leviers, d'après M. Soubeyrand : l'analyse des données métagénomiques des populations, et l'analyse des “autres” données, celles des réseaux sociaux, des recherches internet de symptômes, de la fréquentation des parkings hospitaliers, etc.

The first question that comes up in context of spiritual health is whether you believe in spirits? And then there are related questions like – do you believe in God? good spirits and evil spirits? after-life? hell and heaven? etc. All are very philosophical questions and the only answer scientific reasoning can give to them is – ‘NO’. But I believe there is more to life than just science and so I will give my views regarding these questions in relation to the question of spiritual health.

L'agence française Anses a annoncé le 24 octobre 2017 qu'elle allait à partir de janvier 2018 coordonner l’EJP One Health. Ce projet conjoint européen de recherche portera sur les zoonoses alimentaires20. Il est centré sur les risques d'intoxication microbienne zoonotique d'origine alimentaire, y compris par des toxines naturelles et/ou via les réservoirs animaux domestiques ou encore via d'éventuelles importations illégales de produits animaux21. Les agents biologiques étudiés seront les virus, les bactéries, les parasites, les champignons, les prions et les séquences de nucléotides / matériel génétique conférant la résistance aux antimicrobiens21. Ce consortium issu d'un réseau européen préétabli (NoE, FP6) qui a été élargi à plus de 40 partenaires venant de 19 États-membres sera soutenu par la Commission européenne et travaillera autour du concept One Health. Ces partenaires doivent améliorer la connaissance des zoonoses alimentaires, de l'antibiorésistance et de divers risques émergents21. De 2004 à 2009, l'Anses avait déjà coordonné un réseau d’excellence dans le cadre du 6e programme cadre de recherche et de développement (PCRD) de la Commission européenne. Elle a aussi aidé à créer l'association Med-Vet-Net qui en regroupant des instituts de recherche en santé publique et vétérinaire a préfiguré l'EJP One Health20. Les partenaires font déjà partie d'une réseau organisé de communautés de chercheurs et de laboratoires de référence travaillant sur les zoonoses alimentaires, l'antibiorésistance et des risques émergents. Ce programme One Health doit produire des données destinées à mieux caractériser, évaluer et hiérarchiser les risques sanitaires par les agences nationales et européennes21. Il doit aussi faciliter et accélérer la validation et diffusion des données au sein de la communauté scientifique, faciliter l'éducation et la formation, la gestion des connaissances, l'accès aux bases de données, mais aussi aux souches vivantes, aux biobanques, à certaines installations encore expérimentales21. Le projet pourra aussi contribuer à harmoniser et standardiser certains protocoles et tests21, en lien avec deux institutions européennes pertinentes pour des domaines : l'EFSA et l'ECDC (European Centre for Disease Prevention and Control)21.

« Que ce soit par transmission alimentaire (maladie de la vache folle, salmonelloses), par transmission vectorielle (fièvre du Nil occidental, fièvre de la vallée du Rift, encéphalites à tiques), ou encore par simple contact (rage), les possibilités de transmission interspécifique sont multiples et demandent une approche collaborative entre les secteurs de la santé animale et de la santé humaine pour prévenir et contrôler ces infections »4.


First, let me answer the second question. What kind of emotional response is generated depends on two factors – our subconscious mental awareness and, through social learning. Our subconscious mental awareness is probably a mental reflex action that comes without learning. For eg, a young child also shows reaction to anger and shouting. This is what is inherent in us. The second thing that affects our emotions is our learning. Through social learning we are taught the meaning of love, joy, hate, anger etc and we are taught to differentiate them.
L'agence française Anses a annoncé le 24 octobre 2017 qu'elle allait à partir de janvier 2018 coordonner l’EJP One Health. Ce projet conjoint européen de recherche portera sur les zoonoses alimentaires20. Il est centré sur les risques d'intoxication microbienne zoonotique d'origine alimentaire, y compris par des toxines naturelles et/ou via les réservoirs animaux domestiques ou encore via d'éventuelles importations illégales de produits animaux21. Les agents biologiques étudiés seront les virus, les bactéries, les parasites, les champignons, les prions et les séquences de nucléotides / matériel génétique conférant la résistance aux antimicrobiens21. Ce consortium issu d'un réseau européen préétabli (NoE, FP6) qui a été élargi à plus de 40 partenaires venant de 19 États-membres sera soutenu par la Commission européenne et travaillera autour du concept One Health. Ces partenaires doivent améliorer la connaissance des zoonoses alimentaires, de l'antibiorésistance et de divers risques émergents21. De 2004 à 2009, l'Anses avait déjà coordonné un réseau d’excellence dans le cadre du 6e programme cadre de recherche et de développement (PCRD) de la Commission européenne. Elle a aussi aidé à créer l'association Med-Vet-Net qui en regroupant des instituts de recherche en santé publique et vétérinaire a préfiguré l'EJP One Health20. Les partenaires font déjà partie d'une réseau organisé de communautés de chercheurs et de laboratoires de référence travaillant sur les zoonoses alimentaires, l'antibiorésistance et des risques émergents. Ce programme One Health doit produire des données destinées à mieux caractériser, évaluer et hiérarchiser les risques sanitaires par les agences nationales et européennes21. Il doit aussi faciliter et accélérer la validation et diffusion des données au sein de la communauté scientifique, faciliter l'éducation et la formation, la gestion des connaissances, l'accès aux bases de données, mais aussi aux souches vivantes, aux biobanques, à certaines installations encore expérimentales21. Le projet pourra aussi contribuer à harmoniser et standardiser certains protocoles et tests21, en lien avec deux institutions européennes pertinentes pour des domaines : l'EFSA et l'ECDC (European Centre for Disease Prevention and Control)21.
When we talk about mind, we basically refer to our capability to perceive, comprehend, think, judge, and remember – the intellectual and reasoning faculties.  Now pause for a moment and think. Think about all the people you know, who have  rather strange perceptions of people around them, or about certain cultural and political ideologies. People whose perceptions are delusional. Think about the people around you who need to be told everything twice before they understand you. Think about the people who either do not think at all (thoughtless ones) or who think too much. People who take wrong decisions even when facts are against their decision. And then think about the children at school who do not seem to remember anything. And the housewife who looks for her specs while wearing them on her nose.
Dans un contexte économique de plus en plus concurrentiel, la santé des collaborateurs d’une entreprise est devenue ces dernières années, un facteur important de croissance. Investir sur la plus grande richesse d’une entreprise qu’est le capital humain, c’est améliorer la compétitivité et la productivité de chaque structure professionnelle. Les études scientifiques sont unanimes sur le sujet. L’amélioration de la qualité de vie au travail augmente de manière significative les performances d’une entreprise.
To begin with, yes! I do believe in human spirit and God too. Wait! Don’t jump to any conclusions. Not yet. There is a big question that follows this one. What do you understand by God and human spirit? Well! I don’t know if there is something ethereal like God and spirits. For me God means ‘Good Deeds’. I don’t believe there is any God in idols and churches or heaven. I believe if there is any God, he is within us. The ‘Goodness’ in you is the God you think about.  I do not know and can not know if there is a dynamic human spirit that animates us. What I know is that life itself is dynamic. And the spirit I believe in is the summary of our physical, mental, and emotional health. For me ‘human spirit’ is what a person really is, apart from what he appears to be. I believe what goes around, comes around. What you sow, is what you reap. So if there is a hell, it’s right here and if there is a heaven, it’s right here. I am not aware of my past-life or after-lives, if I had any. But I have this life to live – the life that I am aware of – and I want to live it healthily. That’s my spirit!
The modern medical science does not consider a person mentally ill, if he or she can not be given a disease label to wear. But look around you and you will see so many ‘mentals’ moving around. Most of us are unable to recognize when our mental health starts to fail. The reason for this is that when our mind is affected, our ability to reason and judge ourselves is also affected. And so people often do not realize that they are not in optimum mental health, until the things start taking bad shape.
These are some of the major factors. One factor that I have left and which is commonly considered a cause for illness is – bacteria, viruses, and parasites. What about these? Are they not a major cause of disease? Yes, they are a cause of disease – but not a major one. The ability of these microorganisms to make a person sick relies on two factors:
Fasting indeed has a long-standing spiritual tradition. "Almost every religion has some type of fasting ritual -- Lent, Ramadan, Yom Kippur ... the Hindus and Buddhists fast, too," says James Dillard, MD, assistant clinical professor at Columbia University College of Physicians and Surgeons in New York City. He's author of Alternative Medicinefor Dummies.

Cette approche accorde un rôle majeur aux vétérinaires et propriétaires ou gestionnaires d’animaux ainsi qu'aux personnes en contact régulier avec les faunes domestique et sauvage et l’environnement (et en particulier : éleveurs mais aussi pêcheurs, chasseurs, forestiers et gestionnaires d'espaces protégés). Pour l'OIE, sa mise en œuvre passe par « de nouveaux mécanismes amenant tous ces acteurs à s’informer mutuellement et à agir d’une manière concertée, en liaison avec les gestionnaires de la santé publique qui travaillent le plus souvent dans nos pays membres sous l’égide des ministères de la Santé, qu’ils soient fonctionnaires de l’État, personnels de collectivités ou médecins libéraux »3.
Dinner? That's miso soup with some chopped sea vegetables (like the Japanese nori, used to make sushi) snipped over top. Or you might choose a cup of brown rice with a few chopped vegetables mixed in. "Brown rice gives your body plenty of B vitamins, which is a stress reducer. It's very high fiber, will fill you up, will help you sleep, and will flush you out in the morning."
×