The first question that comes up in context of spiritual health is whether you believe in spirits? And then there are related questions like – do you believe in God? good spirits and evil spirits? after-life? hell and heaven? etc. All are very philosophical questions and the only answer scientific reasoning can give to them is – ‘NO’. But I believe there is more to life than just science and so I will give my views regarding these questions in relation to the question of spiritual health.
So far, I have discussed the three components of health as separate entities to understand each one of them more thoroughly. But emotional health, mental health, and physical health are not separate entities. You cannot have a healthy mind without a healthy body or healthy emotions and vice-versa. The degree to which one of these components is affected can vary from person to person, but ultimately it is the person as a whole that is affected.
Les chaînes de transmission. Au mois de mai 2020, une épidémie d'encéphalite a éclaté dans l'Ain, à cause de… fromage de chèvre. En réalité, c'est toute une chaîne de transmission entre espèces animales qui s'est établie, jusqu'aux humains. En effet, comme le montre une enquête de Santé Publique France, l'encéphalite a été causée par des tiques, qui l'ont transmis à des troupeaux de chèvres du bassin d'Oyonnax. Le virus s'est ensuite propagé chez l'Homme par la production de fromage. Ces chaînes de transmission sont fréquentes chez les maladies qui touchent les humains (certaines grippes, potentiellement le nouveau coronavirus, etc.) et la compréhension des mécanismes de transmission inter-espèces est primordiale pour aider à développer de meilleurs traitements.
Il repose aussi sur le constat que 60% environ des maladies humaines infectieuses connues ont une origine animale4 et qu'au moins 70 % des maladies émergentes ou réémergentes graves sont depuis un siècle presque toujours des maladies zoonotiques5 ou à vecteurs (comme la maladie de Lyme6), qui peuvent être favorisées par des déséquilibres écologiques et/ou climatiques7,8. En outre 80 % des pathogènes utilisables pour le bioterrorisme sont aussi d'origine animale4.
Cette approche accorde un rôle majeur aux vétérinaires et propriétaires ou gestionnaires d’animaux ainsi qu'aux personnes en contact régulier avec les faunes domestique et sauvage et l’environnement (et en particulier : éleveurs mais aussi pêcheurs, chasseurs, forestiers et gestionnaires d'espaces protégés). Pour l'OIE, sa mise en œuvre passe par « de nouveaux mécanismes amenant tous ces acteurs à s’informer mutuellement et à agir d’une manière concertée, en liaison avec les gestionnaires de la santé publique qui travaillent le plus souvent dans nos pays membres sous l’égide des ministères de la Santé, qu’ils soient fonctionnaires de l’État, personnels de collectivités ou médecins libéraux »3.
Cette discipline tient une place particulière dans l’approche One Health s’appuie sur le fait que certains animaux souffrent d'un grand nombre de maladies bactériennes, virales, parasitaires aigües ou chroniques (maladies cardiovasculaires, cancer, diabète, asthme, arthrite..) que les humains et que certaines de ces maladies peuvent passer de l’animal à l’homme et réciproquement (grippe, tuberculose par ex.). Certaines maladies ont même été détectées et étudiées chez l’animal bien avant d’être reconnues chez l'homme (l’insuffisance cardiaque induite par le stress en élevage ou dans la faune sauvage a été décrite une trentaine d'années avant d’être reconnue chez l'homme23. Des médecins et anatomistes de l’antiquité avaient bien compris que la dissection et l'étude des animaux malades pouvait aider à comprendre les maladies humaines24, notamment pour les troubles musculo-squelettiques. De Galen à William Harvey, l’anatomique comparative et les études physiologiques utilisant des animaux ont permis des progrès importants en médecine (c’est par exemple ainsi que Frederick Banting et Charles Best ont découvert l'insuline25).
People through their life-style and drug-abuse, decrease their immunity and create fertile grounds for these microorganisms. And people themselves act as the carriers and create conditions for their spread. Think of it this way – if there is no drug abuse, no sexual perversions, no promiscuity – what will be the rate of infection of HIV or Hepatitis-B? Extremely low. And that applies to most of the modern diseases in some way or the other. Bacteria and viruses cannot rage a war against us – it is us who help them kill us!

« Que ce soit par transmission alimentaire (maladie de la vache folle, salmonelloses), par transmission vectorielle (fièvre du Nil occidental, fièvre de la vallée du Rift, encéphalites à tiques), ou encore par simple contact (rage), les possibilités de transmission interspécifique sont multiples et demandent une approche collaborative entre les secteurs de la santé animale et de la santé humaine pour prévenir et contrôler ces infections »4.
↑ Revenir plus haut en : a b c et d Position française sur le concept « One Health/Une seule santé » : Pour une approche intégrée de la santé face à la mondialisation des risques sanitaires French Position on the One Health Concept: For an Integrated Approach to Health in View of the Globalization of Health Risks Document de travail stratégique Strategic Working Document [archive] Août 2011, PDF, 32 pages
I have delved deep into the probable mechanism of emotions so that it becomes easy to understand how our emotional health can fail just as our physical health does. As the physiological reactions taking place in our liver or lungs can go awry, so can they go wrong at the emotional level. Our brain can produce too strong an emotional response for a small stimulus or it may produce a very weak response against a strong stimulus. The response may persist for too little a duration or too long a duration.

Body&Bess Skin Control Cleansing Gel est un gel nettoyant doux pour la peau qui a été spécialement conçu pour les peaux impures. Le gel nettoyant contient une concentration élevée de principes actifs et naturels issus de la poudre de riz qui réduisent le sébum au plus profond des pores sans dessécher la peau ni l’abîmer. La valeur du pH naturel de la peau est rétablie et la peau est fraîche et douce au toucher. Inflammations, rougeurs, sensibilités et irritations sont atténuées et apaisées.
Le département de Santé Animale de l'Institut, dirigé par Muriel Vayssier-Taussat, étudie les interactions entre la santé animale et humaine. “Pour préserver la santé de l'Homme, une des voies est de préserver la santé animale” explique-t-elle. Mais cette protection ne doit pas être menée n'importe comment. Ces dernières années, il a été observé que la résistance aux antibiotiques avait largement augmenté chez de nombreux animaux dû à un usage massif. Ceci contribue à l'apparition de nouveaux virus plus résistants et donc potentiellement plus facilement transmissibles à l'Homme. L'unité Génétique Animale et Biologie Intégrative, dirigée par Claire Rogel-Gaillard, se consacre à l'étude de la diversité génomique en élevage, et son lien avec les santés : “Comment sélectionner des animaux qui vont être en bonne santé [...] tout en limitant l'usage d'anti-infectieux et en réduisant l'empreinte environnementale ? Il y a en fait un lien assez fort entre la durabilité des systèmes d'élevage et la santé des Hommes et animaux de la Terre.” A l'aide de travaux sur la variabilité individuelle des réponses immunitaires (aux maladies et aux vaccins) sur les animaux d'élevage, Mme Rogel-Gaillard explique qu'il “n'existe pas d'animal complètement optimal dans toutes les conditions et dans tous les environnements [...]. Une génétique optimale dans un environnement peut ne pas être optimale dans un autre.” 
Fasting indeed has a long-standing spiritual tradition. "Almost every religion has some type of fasting ritual -- Lent, Ramadan, Yom Kippur ... the Hindus and Buddhists fast, too," says James Dillard, MD, assistant clinical professor at Columbia University College of Physicians and Surgeons in New York City. He's author of Alternative Medicinefor Dummies.
×