People through their life-style and drug-abuse, decrease their immunity and create fertile grounds for these microorganisms. And people themselves act as the carriers and create conditions for their spread. Think of it this way – if there is no drug abuse, no sexual perversions, no promiscuity – what will be the rate of infection of HIV or Hepatitis-B? Extremely low. And that applies to most of the modern diseases in some way or the other. Bacteria and viruses cannot rage a war against us – it is us who help them kill us!

“Le mouvement One Health (“une seule santé”), initié au début des années 2000, fait suite à la recrudescence et à l'émergence de maladies infectieuses, en raison notamment de la mondialisation des échanges. Le principe [de One Health] est simple : la protection de la santé de l'Homme passe par la santé de l'animal et celle de l'ensemble des écosystèmes”, peut-on lire sur le site de l'Inrae. Alors que nous traversons une période de pandémie mondiale, comme l'explique Philippe Mauguin, PDG de l'Inrae, il est important de rappeler que 60 % des maladies infectieuses humaines proviennent du monde animal : c'est la zoonose. De plus, 70 % de ces maladies nous sont transmises par les animaux sauvages. L'objectif de cet Institut qui a vu le jour en janvier 2020, au travers de One Health, est de démontrer le lien entre la dégradation de la biodiversité et l'émergence de ces nouvelles zoonoses. Pour cela, plusieurs départements et unités de recherche de l'Inrae consacrent leurs études aux facteurs de dégradation et des pressions imposées sur l'ensemble des écosystèmes. “La problématique des conséquences directes et indirectes de différents facteurs de l'environnement sur les santés [...] est un sujet de préoccupation pour l'Inrae”, explique Thierry Caquet, Directeur Scientifique-Environnement de l'Institut.


Samuel Soubeyrand, lui, est directeur de recherche de l'unité Biostatistique et Processus Spatiaux. Il pratique l'épidémiosurveillance, une méthode d'analyse mise en avant pendant la crise du SARS-CoV-2. “L'alerte sanitaire que la Chine aurait pu émettre à l'époque aurait certainement permis de déceler cette maladie émergente, désormais connue sous l'appellation de Covid-19. La bataille de la détection a été perdue”, déclare-t-il. “La gagner nous aurait permis d'anticiper l'épidémie, d'adapter les plans d'actions et de lutte sanitaire, ou encore d'initier des recherches de laboratoire spécifiques au SARS-CoV-2.” Pour détecter de manière précoce les potentielles épidémies futures, l'épidémiosurveillance repose sur deux leviers, d'après M. Soubeyrand : l'analyse des données métagénomiques des populations, et l'analyse des “autres” données, celles des réseaux sociaux, des recherches internet de symptômes, de la fréquentation des parkings hospitaliers, etc.
Dans un contexte économique de plus en plus concurrentiel, la santé des collaborateurs d’une entreprise est devenue ces dernières années, un facteur important de croissance. Investir sur la plus grande richesse d’une entreprise qu’est le capital humain, c’est améliorer la compétitivité et la productivité de chaque structure professionnelle. Les études scientifiques sont unanimes sur le sujet. L’amélioration de la qualité de vie au travail augmente de manière significative les performances d’une entreprise.
Directeur de recherche à l'Institut Génétique Environnement et Protection des plantes de Rennes, Christophe Mougel étudie les phytobiomes (l'association des plantes, de leur environnement de croissance et de leur microbiote), une toute nouvelle vision de la plante en tant qu'écosystème, ou en tant que “super organisme végétal”, comme il le décrit. Les travaux de son Institut consistent à mieux comprendre le rôle des microbiotes et leurs fonctions au sein des espèces végétales. Il s'agit de décrire et de comprendre ce lien en vue notamment de développer “une agriculture de précision voire une agriculture personnalisée à l'échelle d'une exploitation”, comme l'explique M. Mougel.

This understanding of the human being is why I like Homeopathy so much. And this is the reason why Homeopathy is so different from every other system of medicine. The dominant medical school still has to realize that just as the parts of a human body can not work in isolation, they also can not fall ill in isolation. There can not be a disturbed liver or a damaged lung unless and until there is a primary disturbance which affects the person as a whole. We can not forget that every part in our body and every cell in those parts has come from a single cell. A cell which had a life force of its own. How can any one dissociate the body parts which have all come from one single cell?
To begin with, yes! I do believe in human spirit and God too. Wait! Don’t jump to any conclusions. Not yet. There is a big question that follows this one. What do you understand by God and human spirit? Well! I don’t know if there is something ethereal like God and spirits. For me God means ‘Good Deeds’. I don’t believe there is any God in idols and churches or heaven. I believe if there is any God, he is within us. The ‘Goodness’ in you is the God you think about.  I do not know and can not know if there is a dynamic human spirit that animates us. What I know is that life itself is dynamic. And the spirit I believe in is the summary of our physical, mental, and emotional health. For me ‘human spirit’ is what a person really is, apart from what he appears to be. I believe what goes around, comes around. What you sow, is what you reap. So if there is a hell, it’s right here and if there is a heaven, it’s right here. I am not aware of my past-life or after-lives, if I had any. But I have this life to live – the life that I am aware of – and I want to live it healthily. That’s my spirit!
Droit d'auteur : les textes sont disponibles sous licence Creative Commons attribution, partage dans les mêmes conditions ; d’autres conditions peuvent s’appliquer. Voyez les conditions d’utilisation pour plus de détails, ainsi que les crédits graphiques. En cas de réutilisation des textes de cette page, voyez comment citer les auteurs et mentionner la licence.
When we talk about mind, we basically refer to our capability to perceive, comprehend, think, judge, and remember – the intellectual and reasoning faculties.  Now pause for a moment and think. Think about all the people you know, who have  rather strange perceptions of people around them, or about certain cultural and political ideologies. People whose perceptions are delusional. Think about the people around you who need to be told everything twice before they understand you. Think about the people who either do not think at all (thoughtless ones) or who think too much. People who take wrong decisions even when facts are against their decision. And then think about the children at school who do not seem to remember anything. And the housewife who looks for her specs while wearing them on her nose.
« Que ce soit par transmission alimentaire (maladie de la vache folle, salmonelloses), par transmission vectorielle (fièvre du Nil occidental, fièvre de la vallée du Rift, encéphalites à tiques), ou encore par simple contact (rage), les possibilités de transmission interspécifique sont multiples et demandent une approche collaborative entre les secteurs de la santé animale et de la santé humaine pour prévenir et contrôler ces infections »4.

As a way of life, it is good to reduce the toxin load by eliminate alcohol, coffee, cigarettes, refined sugars and saturated fats. This would of course be the case especially whilst doing a detoxing program.  Also, clean up your household cleaners and personal health care products, by selecting more natural alternatives, rather than the chemical based products.

×